C'est notre dernier jour dans cet hébergement et nous n'avons pas vu le lac à proximité- je rappelle que nous l'avons vu quand même à þingvellir puisque c'est le plus grand lac d'Islande.
Il pleut, il pleut, et nous nous habillons en conséquence.
Derrière la "tuerie", il y a un petit réduit enterré avec le toti recouvert de mousse. Il semblerait que cela serve de débarras aux propriétaires. C'est typique en Islande.

DSCF1086

Rien de bien transcendant en raison du mauvais temps. Ce doit être un lieu de villégiature sympa pour les pêcheurs.

DSCF1069

 

DSCF1072

DSCF1074

Il est temps de se rendre à Flúđir car nous avons retenu par internet au Secret lagon, une piscine géothermale. Je n'ai pas eu la confirmation par mail de ma réservation. Quelle drôle d'idée de vouloir se baigner en plein air alors que le temps est plus qu'humide !
Waze encore une fois nous conduit encore une fois pile au bon endroit alors qu'on avait juste mis Flúđir… Il doit commencer à bien nous connaitre !
À l'accueil, pendant que Christian va chercher les affaires de piscine laissée dans la voiture, je me débrouille pour baragouiner (maintenant, je ne fais plus la maline en anglais) et expliquer que je n'ai pas eu de confirmation de notre réservation. L'employé me demande mon nom, il retient Catherine cherche sur sa liste, ne semble rien trouver, je réexplique, et sans regarder plus longtemps sa liste barre -me semble-t-il aléatoirement- une ligne sur la page en face de sa liste et me dit "It's good". Je ne suis pas convaincue que ce soit mon nom qui était écrit à cet endroit, mais il m'a fait confiance. Nous avons trouvé que les Islandais étaient des gens extrêmement confiants, en même temps ils ont un taux de délinquance très, très faible.
Même quand on est prévenu des us et coutumes des vestiaires islandais, on a de quoi être surpris : tout le monde à poil (femmes et hommes séparés tout de même) … C'est surprenant mais pas gênant du tout. Pour aller dehors, on enfile le maillot, je prends aussi mon peignoir et mes claquettes (c'est pour ça que nos valises étaient lourdes) et zou dehors, j'ai un peu d'appréhension car je suis comment dire un poil frileuse. Et bien malgré une toute petite bruine, il ne fait pas froid, la chaleur qui se dégage du bassin (37-40°) suffit à être bien ! Je rejoins Christian, c'est surprenant, on a de l'eau jusqu'à mi-poitrine, le sol est sablonneux et plat, personne ne nage – on fera quand même quelques petites brasses- le tour du bassin est fait de gros rochers, on peut s'asseoir dans l'eau au bord, appuyés contre les rochers  ; mais pas partout : là où les petits ruisseaux d'eau bouillante arrivent, ben l'eau est très chaude. Les gens – il y a peu de touristes étrangers, je pense- barbotent avec des frites mises à disposition dans un coffre, sirotent des boissons diverses, surtout de la bière, achetées dans le bar de la salle d'accueil. Un trio d'hommes nous fait bien rire, ils ont demandé à Christian de les prendre en photo, verre ou bouteille à la main, puis le plus âgé fait des tests :" est-ce que mon verre de vin rouge flotterait ?"

DSCF1075

DSCF1077

DSCF1078

Tout autour du bassin, il y a un petit sentier piétonnier où l'on découvre des sources d'eau chaudes, des vapeurs, un petit geyser tout mignon et des panneaux explicatifs.

DSCF1079

DSCF1080

DSCF1083

On est juste à proximité de serres chauffées grâce à la géothermie, les Islandais produisent beaucoup de fruits et légumes -le mystère des fraises dans la salade du premier jour est résolu : l'Islande produit ses propres fraises.
Après nous être rhabillés, nous nous installons sur une petite table pour boire une boisson chaude. Pour choisir, l'employé nous a confirmé que cocoa, c'était du cacao ("Is it hot chocolate? "- yes).

Il nous demande alors comment on dit cocoa en français… 
Nous avons été démasqués: nous sommes de vrais touristes français!